Etape 3 : Béarn

Jeudi 19 mai

106 km, dénivelé 672 m

Temps frais et couvert (13°), deux averses

Escaunets – Lombia – Morlaàs – Pau – Lons – Lescar – Poey-de-Lescar – Labastide-Cézéracq – Marsillon – Os – Abidos – Gouze – Orthez – Ramous – Quartier du Guilhat

Béarn, départements 64 et 65

J’ai été agréablement surpris par la qualité du petit déjeuner qui confirme que c’est une excellente adresse. La dame avait préparé une brioche délicieuse et elle a aussi une très bonne confiture de pommes-citron. Sur le moment, j’ai été impressionné aussi par la confiture de kiwi, mais c’est un fruit qui pousse tout seul partout dans le Sud-Ouest de nos jours et j’ai eu cette confiture par la suite presque tous les matins.

Pour l’itinéraire, je voulais passer par Morlaàs, Pau et Lescar pour les monuments, ce qui a pris beaucoup de temps et ne m’a pas laissé d’alternative à la vallée du gave ensuite. Si j’avais pu trouver un hébergement attirant à Sauveterre, je serais passé par Navarrenx tout en sachant que ceci implique plusieurs côtes raides.

 

Grange à Bédeille

Grange à Bédeille

D’Escaunets à Morlaàs, on traverse le plateau de Soumoulou qui n’est pas tout à fait plat mais où les reliefs sont modestes, chose rare en Béarn. Il n’y a que le premier ravin à Bédeille qui soit raide et profond. Je n’ai pas trop regretté parce que j’étais en forme tôt dans la journée et parce que je suis passé devant une ferme très bien rénovée avec des murs en galets du gave.

 

Eglise de Morlaàs

Eglise de Morlaàs

Je suis arrivé à Morlaàs assez vite mais j’ai été obligé de m’abriter pendant vingt minutes en raison d’une averse. Ce n’est pas un problème majeur et je continue parfois à rouler sous la pluie, du moins si la température est douce et si le vent n’est pas trop fort. Or, il faisait vraiment frais et le nuage n’était pas bien gros, ce qui fait que j’ai préféré attendre. J’ai aussi visité l’église, une étape bien connue du chemin de Compostelle.

 

Général aux jambes croisées

Général aux jambes croisées

Elle fut fondée en 1080 par les comtes de Béarn dont Morlaàs fut la capitale pendant deux siècles environ. Elle est surtout connue pour son portail roman qui fut toutefois rénové avec l’enthousiasme habituel par un élève de Viollet-le-Duc. J’ai essayé de me concentrer sur les sculptures qui avaient l’air plus authentiques comme par exemple la scène avec Hérode. Le personnage assis devant le roi se contorsionne d’une façon particulièrement étrange en se grattant la tête.

 

Ménagerie

Ménagerie

Sur l’autre photo, les apôtres sont visiblement du 19ème siècle mais le chapiteau avec des animaux dans un fouillis de vignes est suffisamment proche de l’art roman saintongeais.

 

Chapiteau peint

Chapiteau peint

Il y a aussi quelques chapiteaux sculptés à l’intérieur de l’église. A cause d’une peinture en couleurs assez criardes, je pense finalement que ce ne sont pas des originaux romans.

 

 Parvis en galets

Parvis en galets

Ce qui est nettement plus intéressant et qui attire rarement les commentaires, c’est le très beau pavage en galets devant le portail. Îl date probablement d’une rénovation de la place de l’église à la fin du 20ème siècle et il faut admirer le travail réalisé par des artisans modernes.

Comme j’avais perdu pas mal de temps à Morlaàs même si j’avais mis à profit l’averse pour manger un gâteau, il était vraiment temps que je continue vers Pau. Je ne me souvenais pas de la route que j’ai du voir quand j’habitais dans la région il y a 30 ans, la côte est assez large et pas trop raide tandis que la descente sur Pau est raide avec une épingle à cheveux. Après la descente, la route est plate et toute droite entre les entrepôts et les centres commerciaux sur 10 km jusqu’à Pau, trajet sans intérêt.

J’étais passé à Pau quelques années avant, mais j’étais quand même curieux de revoir la maison où nous habitions quand j’avais 17 ans, d’autant plus qu’elle n’est pas loin du centre. Mon souvenir le plus marquant de ma chambre est le lustre se balançant lors d’un petit tremblement de terre.

 

Casino de Pau

Casino de Pau

En repartant, j’ai eu un peu de peine à traverser le parc du « Palais des Pyrénées » car il y avait plein de barrières pour le circuit du grand prix de formule 2 qui avait lieu le lendemain de mon passage. J’avais complètement oublié ce grand moment de la vie paloise. Ce qui est maintenant le casino du Palais Beaumont est bien Art Déco comme je l’ai supposé, il a été construit en 1930 dans l’espoir de relancer le tourisme, les Anglais ne venant plus guère dans la région après la Première Guerre Mondiale alors qu’ils enrichissaient considérablement les commerçants locaux avant.

 

Lycée de Pau

Lycée de Pau

En évitant les barrières de la course de voitures, je suis même passé devant l’entrée arrière de mon lycée dont j’ai vu le bâtiment où je suivais les cours en terminale. Par contre, la cour m’a paru beaucoup plus grande que dans mon souvenir. Ce dont je ne me souvenais pas non plus est que le bâtiment de la direction, où l’on n’avait évidemment aucune envie d’être convoqué, est un ancien collège construit en 1640 sur ordre de Louis XIII qui y installa des Jésuites chargés de convertir les Béarnais récalcitrants aux bienfaits de la religion catholique et royale.

 

Palmeraie

Palmeraie

Je ne me souvenais absolument pas si Pau a un quartier ancien. Par contre, je me souvenais bien sûr de la promenade dominant la vallée du Gave et de la palmeraie qui fait la transition entre le centre ville en haut et le quartier de la gare au bord du Gave en bas. Je me suis contenté d’une photo des palmiers et d’une autre montrant que l’on ne voyait rien des montagnes, comme d’habitude au printemps.

 

 Vallée du Gave de Pau

Vallée du Gave de Pau

 Jardins du château

Jardins du château

Au bout de la promenade, j’ai atteint le château avec le joli jardin aménagé dans les anciens fossés. En face du château, j’ai remarqué avec surprise un grand bâtiment ancien dont je n’avais aucun souvenir. C’est l’ancien Parlement de Navarre, construit en 1585 sous Henri IV comme Palais de Justice et reconstruit à l’identique après un incendie en 1716.

 

Château de Pau

Château de Pau

Parlement de Navarre

Parlement de Navarre

Il y a effectivement un petit morceau de vieille ville près du château et c’est maintenant le principal quartier pour les bars d’étudiants. En fait, Pau ne devint capitale du Béarn qu’en 1464 et fut rarement la résidence des comtes, ce qui fait que la ville s’est très peu développée. La population n’augmenta rapidement qu’après 1945 et la croissance s’est arrêtée dès 1980 avec le déclin des usines de Lacq. Une ville animée avec une bonne qualité de vie mais objectivement loin des grands axes et sans grand dynamisme.

 

Mairie de Billère

Mairie de Billère

J’ai constaté un peu inquiet qu’il était déjà 13 h et que je n’avais pas avancé beaucoup dans mon étape, ce qui fait que j’ai décidé de pique-niquer à Lescar plutôt qu’à Pau pour me forcer à avancer un peu. J’ai décidé de passer par Billère et Lons en restant parallèle à la nationale plutôt que de longer l’autoroute sur le plateau. Ceci m’a valu quelques détours en banlieue mais aussi une vue spectaculaire de l’hôtel de ville ultra-moderne de Lons, la ville de banlieue qui a attiré une bonne partie des nouveaux habitants qui ne s’installent pas à Pau.

 

Cathédrale de Lescar

Cathédrale de Lescar

Après Lons, j’ai suivi les pancartes vers Lescar et je me suis efforcé de monter sans pousser le vélo la petite côte très raide qui mène à l’ancienne ville fortifiée. C’était vraiment un petit bourg épiscopal car la ville romaine d’origine, Beneharnim, a entièrement disparu après un passage des Vikings en 841. Comme le comte de Béarn avait sa capitale à Morlaàs et plus tard à Orthez, Lescar est resté une petite ville dominée par son évêque. Ceci lui vaut quelques maisons anciennes que l’on ne voit plus ailleurs en Béarn à cause des guerres de religion.

 

Fresques Renaissance

Fresques Renaissance

Comme souvent dans le Sud-Ouest, la cathédrale n’est pas très impressionnante vue de l’extérieur (il faut aller en Saintonge ou en Auvergne pour cela), ce n’est d’ailleurs plus une cathédrale car l’évêque est à Bayonne depuis 1801 (un seul évêché par département conformément au Concordat). Par contre, le mobilier vaut un arrêt avec de belles stalles Renaissance et de jolies peintures murales dans le chœur. Elles changent des fresques gothiques car elles datent d’une reconstruction après les guerres de religion et sont dans le style de la Renaissance italienne avec coloris suaves et architectures savantes à perspectives.

 

Lions féroces

Lions féroces

La cathédrale a conservé quelques chapiteaux romans, ma photo montrant le motif très classique dans le Sud-Ouest de l’homme avalé par les lions. Je pense que c’est un symbole du mal menaçant le Chrétien, tandis qu’un homme maîtrisant les lions est Daniel dans la Bible. En tous cas, on aimait beaucoup les lions dans la région.

 

Pavage médiéval

Pavage médiéval

Le plus grand trésor de Lescar, que je ne me souviens pas avoir visité quand nous habitions à Pau bien que nous y soyons certainement allés, est la mosaïque au sol. Comme à Ganagobie que j’avais visité en 2013, le décor est fortement inspiré des tissus sarrasins. Ici, ce sont des scènes de chasse avec en particulier un très curieux unijambiste basané; on pense que c’est une idée de l’évêque qui a fait poser la mosaïque en 1115, Guy de Lons: il adorait faire la guerre aux Musulmans en Espagne plutôt que de s’occuper de gérer ses chanoines et aurait admiré avec étonnement les prothèses que les chirurgiens andalous étaient capables de poser.

 

Unijambiste sarrasin

Unijambiste sarrasin

J’aurais aussi bien pu pique-niquer avant de visiter la cathédrale vu qu’il était déjà 14 h mais je l’ai fait après en profitant d’un banc sur la terrasse ombragée qui domine la vallée du Gave. C’était un peu bruyant à cause d’un chantier même si c’était intéressant de voir plusieurs ingénieurs ou architectes venir inspecter les travaux.

Le bruit provenait aussi de la piscine en contrebas de la terrasse car les professeurs essayaient de garder un peu de discipline dans une bande de trente ou quarante adolescents. On notera que les cours de natation sont donnés à Lescar dans une piscine en plein air par 15° et que les jeunes n’avaient pas l’air d’en souffrir beaucoup. Je suppose que la piscine en plein air est chauffée même si je ne connais pas beaucoup de communes qui s’offrent encore un tel luxe.

 

Dinosaures à Aussevielle

Dinosaures à Aussevielle

Après le pique-nique, il était si tard que j’ai décidé de suivre la nationale sans faire de détours supplémentaires. Il n’y a pas tellement de circulation grâce à l’autoroute parallèle mais la route est monotone et on est juste distrait par les villages. Je me serais laissé tenter par un train mais il n’y en avait pas à cause de la grève SNCF. A Denguin, j’ai admiré un gorille et un tyrannosaure de 3 m de haut dans un pré appartenant à une petite usine. Je suppose que l’entreprise propose des moulages en plastique, la vision était en tous cas assez inattendue.

 

Au village suivant, je me suis pressé pour me rapprocher du centre quand j’ai vu un gros nuage noir juste devant moi. Je suis arrivé juste à temps sous l’auvent du centre technique communal et j’ai attendu une dizaine de minutes que la grosse averse orageuse reparte. Comme je n’étais pas sûr que c’était vraiment fini, j’ai encore traîné un peu à proximité de l’auvent (c’est probablement là que j’ai accumulé le retard qui m’a fait arriver après 19 h à destination).

 

Fresque communale

Fresque communale

Ceci m’a permis de remarquer deux fresques peintes par une artiste locale à la demande du maire pour embellir les murs arrière des bâtiments municipaux. Le maire avait des idées bien arrêtées sur le sujet à représenter (une pancarte le mentionne sans aucune fausse gêne): il fallait des scènes figuratives pseudo-touristiques sur des paysages de la région. C’est un peu artificiel mais la peintre a très bien travaillé dans les contraintes imposées. Une des fresques montre un mur en galets traditionnel et j’avais effectivement remarqué à l’entrée du village une ancienne ferme construite dans ce style et très bien rénovée. La photo m’avait surtout tenté à cause du palmier dans le jardin.

 

Mur en galets à Labastide

Mur en galets à Labastide

Rond-point à Artix

Rond-point à Artix

Après les fresques de Labastide, le village suivant est Artix où j’ai décidé de quitter la nationale pour une petite route presque parallèle le long du Gave. Au carrefour, le rond-point est orné d’un dais en acier bleu surmontant une figure en acier poursuivie par un volatile. Le tout est supposé évoquer un célèbre poète béarnais et est très années 60, comme d’ailleurs le bâtiment en arrière-plan qui semble être une succursale bancaire.

La route que j’avais choisie était effectivement nettement plus calme et surtout plus variée que la nationale, traversant deux fois le Gave de Pau. On passe aussi devant plusieurs grandes usines et en particulier tout le long de la raffinerie de Lacq. J’avais espéré prendre une belle photo d’un tas de soufre jaune cru mais il n’en reste plus beaucoup maintenant que l’usine est quasiment fermée et je n’ai pas reconnu l’endroit où j’ai passé six semaines pendant un stage ouvrier en 1984.

 

Ancienne ferme à Arance

Ancienne ferme à Arance

Après avoir longé l’usine, j’ai traversé deux hameaux où il y a de très belles fermes anciennes plus authentiques que la maison rénovée de Labastide, puis j’ai fini par rejoindre la nationale pour les 10 km un peu énervants qui restaient jusqu’à Orthez. J’avais un peu envie de faire une pause là du fait de l’heure et du trajet depuis Lescar et je me suis arrêté à Castétis où il y a des bancs et une place calme en bordure de la nationale. Il devait être 17 h parce que des jeunes sont descendus de l’autocar scolaire. L’un d’entre eux m’a amusé car il essayait de convaincre son père de venir le chercher en voiture. Les arguments sont toujours les mêmes dans ce genre de cas…

 

Pont d'Orthez

Pont d’Orthez

Je n’avais pas envie de me retarder par une visite approfondie d’Orthez, surtout que j’y suis passé pour d’autres raisons en 2013. Je n’ai donc pas essayé de regarder en détail les hôtels particuliers bien qu’Orthez soit mieux pourvu que Pau parce que ce fut la résidence des comtes de Béarn pendant 150 ans et que c’est très longtemps resté la ville la plus commerçante et la plus peuplée du Béarn.

 

 Maison à Orthez

Maison à Orthez

J’ai simplement pris une photo du bel hôtel au bout du Pont Vieux avec un jardin bien propre et une ravissante échaugette à pans de bois. La curiosité la plus pittoresque de la ville, le pont fortifié qui fait penser à celui de Cahors, date de 1250 environ.

 

Gave de Pau à Puyoô

Gave de Pau à Puyoô

Il ne me restait que 15 km sur la nationale jusqu’au pont de Puyôo et je ne me suis pas arrêté. Le paysage est plus agréable que dans la plaine de Mourenx, la vallée est plus encaissée entre des collines verdoyantes, mais ce n’est quand même qu’une nationale. Le pont sur le Gave m’a surpris avec un léger effet de déjà-vu car la rivière coule dans un lit inférieur encadré entre des terrasses alluvionnaires comme la Garonne vers Carbonne.

De l’autre côté de la rivière, je me suis arrêté trois minutes à Bellocq pour me détendre les jambes après le rythme régulier et rapide sur la nationale. J’étais en train de regarder le portail de l’église quand mon téléphone a sonné. Il était 18 h 50 et je me suis demandé pourquoi mon hôtesse téléphonait, mais j’ai supposé qu’elle s’inquiétait que je ne sois pas encore arrivé et avait peut-être peur que je lui fasse faux bond, ce qui semble de plus en plus fréquent de nos jours.

En fait, elle voulait surtout me donner quelques explications pour être certaine que je trouverais le chemin, le GPS ayant tendance à induire en erreur dans son cas. Je n’utilise pas de GPS à vélo mais j’ai quand même apprécié sa délicate attention car elle m’a suggéré une petite route de vignes que je n’aurais pas pensé à emprunter et qui est plus variée que la grande côte raide et droite de la route principale.

 

Figures archaïques

Figures archaïques

Maintenant que j’avais prévenu la dame de mon arrivée légèrement retardée (la seule fois du voyage), j’ai regardé le portail de l’église qui est un peu particulier. Il est orné de personnages stylisés et de symboles qui font presque penser à des hiéroglyphes. On pense qu’il est l’œuvre d’artisans locaux qui avaient voyagé un peu mais qui n’avaient pas été formés aux techniques de la taille de pierre dans un atelier de cathédrale. Les nationalistes vantent le personnage du bas comme étant la plus ancienne représentation d’un béret basco-béarnais alors que j’y voyais une tonsure de moine…

 

Forteresse de Bellocq

Forteresse de Bellocq

Bellocq était à l’origine une bastide fondée par le comte de Béarn autour d’une forteresse destinée à défendre sa capitale d’Orthez contre de possibles attaques par le roi de Navarre et il en reste effectivement un château fort particulièrement massif et austère qui date de 1280. Il a été démantelé sous Louis XIII parce qu’il avait servi de refuge aux deux parties pendant les guerres de religion.

 

Vallée du Gave de Pau

Vallée du Gave de Pau

J’ai été bien content d’avoir les explications de la dame pour deux carrefours douteux et j’ai aussi apprécié de monter la très longue côte par une petite route tranquille. Je suis presque arrivé à tout monter à vélo, sauf les 200 derniers mètres à 15%. En fait, le dénivelé n’est que de 125 m, mais on en perd l’habitude dans le Sud-Ouest. En haut, il y a une route de crête agréable avec des aperçus lointains mais pas très impressionnants vu le temps gris.

 

Intérieur d'une des chambres

Intérieur d’une des chambres

La maison d’hôtes est une propriété assez imposante, peut-être un ancien établissement de soins appartenant à une congrégation vu la grotte mariale à l’entrée. J’ai jeté un coup d’œil dans les chambres car j’étais le seul hôte et j’ai trouvé que tout était très proprement décoré avec dans une chambre une ravissante coiffeuse en marqueterie.

 

Salle à manger

Salle à manger

La salle des repas a un caractère presque un peu médiéval avec une impressionnante cheminée ouverte sur trois côtés. Il faisait un peu frais et la dame avait remis le chauffage et surtout allumé un petit feu agréable dans la cheminée.

 

 

Parc de la maison d'hôtes

Parc de la maison d’hôtes

Elle m’a expliqué qu’elle a racheté la propriété à un pépiniériste et le parc est en effet superbe avec des grands massifs de rhododendrons, diverses sortes de palmiers, des cèdres, des érables et des séquoias, le tout disposé artistiquement de façon à laisser des allées avec des perspectives savantes. La dame a planté des buissons de fougères qui complètent bien les couleurs des arbres et commence à choisir des fleurs adaptées. Elle habitait avant en Bretagne et a racheté la propriété entre autres pour y travailler car elle est sculpteur. J’aime bien certaines de ses œuvres et je lui ai suggéré d’en disposer au moins dans le parc. Le père de Madame était peintre.

 

3-50_600x600_100KBLa dame m’a servi des plats inspirés des produits de la région comme en entrée des asperges grillées au jambon de Bayonne délicieuses et en plat une omelette à la morue séchée, plat basque traditionnel que j’ai trouvé bon mais un peu fade. En dessert, elle avait fait du pain perdu aux ananas, dessert dont je trouve le nom très amusant Apparemment, cuire les tranches de pain dur dans le lait est une recette paysanne quasiment universelle et se faisait beaucoup en Bretagne.

 

3-53_600x600_100KBLa dame m’a aussi fait découvrir un vin dont je n’avais jamais entendu parler, le Bellocq. C’est effectivement une petite AOC béarnaise et j’ai trouvé que ce vin riche en tanin sans être très fort fait penser au Madiran – c’est logique vu la parenté climatique.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :